Queen Bee

27 avril 2015 0

Loin de moi l’idée de vouloir enlever à Beyoncé son titre de Reine de la Pop, mais il existe ici même à Montréal une personne qui pourrait devenir la prochaine Queen B…ee!

N’en déplaise à Mrs. Carter, Clotilde LP, la créatrice de bijoux derrière la marque Eugénie Bee, s’affaire telle une abeille ouvrière à prendre le monde d’assaut!

J’ai eu la piqûre pour le travail de Clotilde dès que j’ai atterri sur la page d’accueil de son site web (vous me le dites, hein, si je vous énerve avec mes jeux de mots!). Fortement inspirée par l’Art Nouveau, l’Art Déco, l’orientalisme et le second Empire, Clotilde conçoit de ses mains dans son atelier Montréalais des pièces délicates et raffinées, uniques car produites en très petite quantité. Reconnue pour ses boucles d’oreilles et ses bijoux de tête ultra féminins, Eugénie Bee offre également de superbes bagues, bracelets et colliers, qu’on dirait tout droit sortis du coffre à bijoux d’une impératrice. Le nom d’Eugénie Bee rend d’ailleurs hommage à l’Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III, ainsi qu’à l’abeille (bee en anglais), symbole du premier et du second Empire et clin d’œil aux mondes animal et végétal, abondamment représentés dans l’Art Nouveau.

Véritable touche à tout, Clotilde est une Franco-Canadienne qui est née à Paris mais qui a grandi à Montréal. Son parcours atypique et ses nombreux allers-retours entre les différents continents l’ont amenée à travailler en Chine en marketing – droits des affaires, en relations publiques et communications pour des marques de luxe, en management de la mode et dans les assurances, avant qu’elle ne trouve sa véritable place dans la joaillerie. Elle collabore également au blogue Crazy in Love, où elle partage ses judicieux conseils en matière de bijoux et d’accessoires de mariage. Elle y a d’ailleurs publié deux articles qu’il faut absolument lire si vous êtes un homme qui ne savez pas trop comment faire pour trouver la bague qui la comblera de bonheur, ou si vous êtes une femme qui souhaitez guider votre chéri dans cette étape périlleuse. Et si vous vous posez la question: oui, Clotilde est fiancée et son amoureux lui a déniché une bague Edwardienne en filigrane enlacée platine sertie d’un diamant vielle taille européenne datant de 1915 et trouvée à San Francisco. No pressure, boys!

J’ai demandé à Clotilde de me décrire la Femme Eugénie bee. Voici sa réponse: «La Femme Eugenie Bee n’a pas d’âge, de couleur de peau, de nationalité. Un matin, elle sera parisienne, le lendemain montréalaise ou bien une belle d’Istanbul ou d’Essaouira. Elle se joue des codes et se fout des tendances, mais est bien ancrée dans ses valeurs et son style. C’est une femme élégante, curieuse, voyageuse et amoureuse du beau sous toutes ses formes. C’est une nostalgique d’époques révolues tout en étant bien de son temps. Elle se sent belle et s’assume complètement dans son rôle de femme engagée, d’amante, de mère.» Vous l’aurez compris, pas besoin d’être une future mariée pour se procurer l’une (ou plusieurs!) de ces pièces. Et avec des prix variant entre 50$ et 200$, pas besoin non plus de vider les coffres de l’État! Les bijoux Eugénie Bee sont actuellement disponibles sur Etsy, sur rendez-vous à l’atelier de la Petite-Italie ou encore chez Coal Miner’s Daughter à Toronto, mais Clotilde est en pourparlers avec des points de vente en Chine et des boutiques de mariage à Ottawa et Montréal. Aujourd’hui le Québec, demain le Monde! La créatrice prépare actuellement une collection entièrement dédiée à la mariée, notamment ceintures et jarretelles, qui sauront trouver une 2e vie après le grand jour, et rêve d’une collection luxe, faite d’or et de pierres précieuses. Oui je les veux!

Longue vie à Eugénie Bee et nos miel-leurs vœux de bonheur à Clotilde et son fiancé! (vraiment, je n’arrive pas à m’en empêcher! hehehe)

 


Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *